• Bookmark

Les besoins des Parties prenantes dans l'aménagement urbain

Par Avinash Kadam, CISA, CISM, CGEIT, CRISC, CBCP, CISSP, CSSLP, GCIH, GSEC, PMP

COBIT Focus | 3 novembre 2014 Anglais | Espagnol

Avinash KadamLes urbanistes ont aujourd'hui la tâche ardue de gérer des villes en expansion constante avec des populations en plein essor présentant des exigences extrêmement élevées en matière d'infrastructure. Les urbanistes s'impatientent car les installations municipales sont rarement à la hauteur des espérances. Comment COBIT 5, un référentiel pour la gouvernance et la gestion des TI, peut aider à répondre aux besoins des urbanistes ?


Les citoyens sont les parties prenantes clés. Leurs besoins sont très spécifiques. Comme l'a dit Aristote, "Une ville devrait être construite pour apporter la sécurité et la joie à ses habitants." Les urbanistes ont longtemps tenté d'atteindre cet objectif en déployant des techniques variées. L'industrialisation a mis plus de pression sur les urbanistes. Un certain nombre de systèmes ont été développés pour satisfaire les attentes des citoyens. Au minimum, les villes modernes exigent les systèmes pleinement fonctionnels suivants :

  • Systèmes d'alimentation en eau
  • Systèmes d'alimentation électriques
  • Systèmes de transports et de gestion de la circulation
  • Systèmes de communication
  • Systèmes d'égout et de drainage
  • Hôpitaux
  • Établissements scolaires
  • Services de police et d'incendie
  • Installations récréatives
  • Systèmes de gestion des catastrophes
  • Systèmes de gestion des informations

Les urbanistes doivent s'assurer de l'exécution des mesures suivantes :

  • Une infrastructure adéquate est construite pour satisfaire les besoins actuels et futurs.
  • L'infrastructure est maintenue en bon état.
  • L'infrastructure est contrôlée pour une opération efficace.

Le processus de modernisation comprend l'adoption des technologies de l’information. Ce qui suit fourni un aperçu des possibilités offertes par l'utilisation des TI dans deux domaines clés. Des possibilités similaires existent pour pratiquement tous les domaines.


Efficacité des Systèmes d'alimentation électrique

Les parties prenantes clés pour les systèmes d'alimentation électrique sont, d’une part, les citoyens qui exigent une alimentation stable et continue à un prix raisonnable et, d’autre part, les planificateurs municipaux qui doivent satisfaire ce besoin en créant, entretenant et contrôlant l'infrastructure qui fournit l'alimentation.


Les municipalités s'intéressent à une distribution d'alimentation efficace avec un minimum de pertes lors du transport et de la distribution, ainsi qu'un minimum de pannes. Elles veulent aussi une facturation et une collecte des revenus qui soient efficaces. Les systèmes informatiques qui atteindront le niveau d'efficacité attendu par les municipalités comprendra un investissement dans le système de supervision et l'acquisition de données (SCADA) pour contrôler, coordonner, et opérer à distance les composantes de distribution, les équipements et les appareils en temps réel à partir d'un lieu central sécurisé. L'acquisition des données, leur analyse et la planification sont aussi des fonctions centrales. Les urbanistes exigeront aussi des systèmes d'information comme le traitement des données réelles de consommation sur place par le biais d’un équipement portable, un système intégré de comptage, de facturation et de collecte ; un système de comptabilité et d'audit énergétique ; un système de gestion des réseaux ; un système d’information du consommateur ; et un système de gestion des appels de dépannage. Les systèmes de prévision et de gestion de charge, de mouvement du matériel, de planification et de contrôle sont aussi nécessaires.


Surveillance pour améliorer le système de gestion de la circulation

Les conditions chaotiques de circulation posent un problème dans la plupart des villes urbaines du monde entier. Au fur et à mesure que le nombre de véhicules augmente, les heures de trajets quotidiens, le nombre d'accidents de route et le nombre de cas de violence au volant (les maux de la circulation d'aujourd'hui) s'accroissent.


La réponse évidente à cette question est d'avoir une meilleure infrastructure bien entretenue et surveillée de manière continue. Ceci comprend :

  • La construction de routes en plus grand nombre et plus larges, de chemins piétonniers, de réseaux ferroviaires, de viaducs, de passages souterrains, de ponts, de liaisons maritimes, etc.
  • Le maintien de l'infrastructure en bon état et sans empiétement
  • La surveillance continue de la circulation

Voilà un défi de taille. Ces conditions idéales sont possible si, et seulement si, un nombre illimité de ressources sont à la disposition de la municipalité.


Le domaine dans lequel les TI peuvent apporter une énorme aide est le contrôle de la circulation. Il existe des solutions technologiques aujourd'hui disponibles et elles prétendent fournir des systèmes de transport intelligents (ITS). Des technologies de télédétection multiples existent pour détecter la vitesse, la densité et les conditions de la circulation. Les systèmes de positionnement par satellite (Global Positionning System - GPS) sont utilisés pour localiser les emplacements. Les systèmes de surveillance vidéo identifient les goulots d'étranglement routiers ainsi que les lieux des accidents. Les systèmes d'identification de véhicules identifient les numéros de plaque d'immatriculation et peuvent déterminer toutes les informations sur un véhicule. Un système existe pour synchroniser les feux de circulation. Il existe des systèmes de collecte automatique des péages sans file d’attente, et ceux-ci peuvent être programmés pour percevoir plus de droits afin d'utiliser une route spécifique pendant les heures de pointe.


Le point de départ d'une approche de gouvernance pour la sécurité routière est de tout d'abord identifier les parties prenantes et leurs besoins, ainsi que leurs désirs.

  • Piétons et ceux sans voiture : Les routes sont-elles sans danger pour marcher ? Existe-t-il assez de trottoirs, de pistes cyclables, de passerelles pour piétons et de passerelles ? Le transport en commun est-il facilement accessible et économique ? Peut-on réduire le nombre de voitures sur les routes pour réduire les embouteillages, le bruit et la pollution ?
  • Propriétaires de véhicules : Les routes sont-elles sans danger pour la conduite ? Peut-on conduire à des vitesses plus grandes et arriver à sa destination plus rapidement ? Peut-on réduire le nombre de feux de circulation et le temps d'attente à chaque feu ? Sera-t-on informé de l'encombrement des routes afin d'éviter les goulets d'étranglement ?
  • Propriétaires de deux-roues : Pourquoi est-il interdit de passer en zigzag entre les voitures afin d'arriver à sa destination plus rapidement ? Un conducteur a-t-il vraiment besoin d'un casque, qui est tellement contraignant ?
  • Fabricants d'automobiles : Les sociétés peuvent-elles vendre plus de voitures ? Les consommateurs payeront-ils pour plus de mesures de sécurité ou doit-on mettre l'accent sur des fonctionnalités raffinées ?
  • Police routière : Les services de police peuvent-ils contrôler l'encombrement des routes ? Peut-on détourner la circulation avant un embouteillage ? Les véhicules d'urgence peuvent-ils être autorisés à passer ? Peut-on suivre les vitesses des véhicules ? Peut-on suivre les délinquants de la route ? Peut-on imposer des sanctions lourdes aux payeurs en défaut ?
  • Municipalités : Peut-on imposer et percevoir plus d'impôts afin de générer plus de revenus ?

Comme on peut l'observer, les besoins de certaines parties prenantes sont contradictoires. Les piétons souhaitent moins de voitures, plus de place pour marcher et plus de feux qui leur accordent plus de temps pour traverser la route. Les propriétaires de voitures souhaitent avoir moins de feux avec moins de temps pour la traversée des routes. Les fabricants de voitures veulent vendre plus de voitures. Les municipalités veulent fournir plus d’équipements et percevoir plus de revenus sur la base de ceux-ci.


COBIT 5, par le biais de sa cascade d’objectifs, aborde ces contradictions de manière élégante.
 

Figure 1 –Aperçu de la cascade d’objectifs de COBIT 5
Figure 1
Source: ISACA, COBIT 5, USA, 2012


Équilibrer les intérêts des parties prenantes avec COBIT 5

Chaque besoin exprimé par une partie prenante doit être équilibré pour la réalisation de bénéfices avec une optimisation des ressources et des risques. Un objectif d'entreprise approprié devrait être sélectionné. À son tour, l'objectif de l'entreprise devrait être soutenu par des objectifs liés aux TI qui sont soutenus par les objectifs des facilitateurs. Cela permet de réaliser une traçabilité complète entre les besoins des parties prenantes et les objectifs des facilitateurs. Ainsi, chaque dépense peut être justifiée.


Il existe des solutions informatiques et des technologies excellentes pour adresser la plupart des problèmes auxquels les urbanistes et les municipalités font face. La décision d'investir dans une technologie ne devrait pas uniquement être une décision technique, mais une décision d'entreprise, prise de manière équilibrée, gardant les besoins des parties prenantes comme objectif principal. L'investissement dans une technologie doit créer des bénéfices pour les parties prenantes avec une optimisation des risques. Il ne devrait y avoir aucun gaspillage des ressources. Tout cela devrait être accompli de manière transparente en fournissant une traçabilité complète pour chaque dépense.


La gouvernance concerne la négociation et la prise de décision parmi des intérêts de différentes parties prenantes. Le système de gouvernance devrait prendre en compte toutes les parties prenantes lors de la prise de décision en matière d’évaluation des bénéfices, des risques et des ressources. C'est comme cela que COBIT 5 peut aider les urbanistes et les municipalités en identifiant tout d'abord les besoins des parties prenantes, en choisissant la technologie appropriée et en livrant les bénéfices appropriés avec un risque acceptable.


Avinash W. Kadam, CISA, CISM, CGEIT, CRISC, CBCP, CISSP, CSSLP, GCIH, GSEC, PMP

Est une autorité mondiale dans le domaine de la sécurité de l'information. Il a plus de quatre décennies d'expérience dans la gestion de l'informatique, l'audit des systèmes d'information, les conseils en sécurité de l'information et la formation. Kadam a été vice-président international d'ISACA de 2006 à 2008 et président du Chapitre d'ISACA Mumbai (Inde) de 1998 à 2000. Il a reçu l'Harold Weiss Award d'ISACA en 2005 et est actuellement le conseiller de la Growth Task Force d'ISACA Inde.

THIS WEBSITE USES INFORMATION GATHERING TOOLS INCLUDING COOKIES, AND OTHER SIMILAR TECHNOLOGY.
BY USING THIS WEBSITE, YOU CONSENT TO USE OF THESE TOOLS. IF YOU DO NOT CONSENT, DO NOT USE THIS WEBSITE. USE OF THIS WEBSITE IS NOT REQUIRED BY ISACA. OUR PRIVACY POLICY IS LOCATED HERE.